dimanche 18 juillet 2010

discuter en tenant le journal à la main à Tigreville (ou Villerville), calvados




non, elle lui reproche de venir perturber sa tranquillité, basée sur le voeu d'abstinence de son mari, fameux buveur post-colonial traumatisé par les bombardements américains. le jeune gandin la rassure, mais arrivera ce qui devait arriver. c'est une autre histoire (sinon, au-delà du rituel de l'achat qui lui donne une sorte de contenance sociale, on ne voit pas Fouquet lire le journal) ...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire